Pourquoi parle-t-on autant d’innovation sans véritables conséquences économiques et sociales?

Aujourd’hui, l’innovation est une notion omniprésente. Il suffit de s’intéresser aux termes utilisés, souvent par abus de langage, dans tous les domaines (politique, économique,…) pour se rendre compte de l’importance que cette notion véhicule dans notre monde « moderne ».
 
Souvent cloisonnée et injustement associée à l’unique progrès technologique, l’innovation se décline dans tous les domaines et à tous les niveaux d’une entreprise, d’une société, d’un pays... On parlera d’innovation sociale quand un nouveau dispositif d’aide sociale sera mis en place et créera de la valeur sans pour autant s’appuyer sur des « nanotechnologies ».
 
 
L’innovation n’est pas réservée à une élite puisque vous allez le constater à travers ce blog que je vais tenter d'alimenter régulièrement, l’innovation est censée être de l’ordre de la nature humaine. Ceci devrait être quelque chose que l’on fait naturellement, au quotidien.
 
Or, depuis quelques années, la perte de nos systèmes de valeurs et le délitement du lien social ont généré une crise qui va au delà du simple monde de la finance. La crise d’aujourd’hui est, entre autre, une crise de sens. Les modifications des systèmes de management oubliant le rôle sociétal de l’entreprise et des managers, l’oubli de l’Homme dans  l’entreprise, la valorisation par l’unique valeur financière… sont autant de maux qui nous ont fait perdre, ou plutôt anesthésier notre capacité à innover.
 
 
Aujourd’hui l’omniprésence de l’innovation témoigne de cette volonté de redonner du sens à nos actions. C’est une sorte d’appel à la mobilisation. Cela montre la volonté de créer de la valeur autre qu’uniquement financière (créer de la connaissance, créer de la reconnaissance…), de considérer le marché de manière plus « fairplay » où la concurrence ne se fait pas par des actions de protectionnisme ou de coups bas, mais par le progrès, par l’innovation. Si mon seul objectif est de créer de la valeur par l’innovation, je marginaliserai de fait les acteurs qui ne souhaitent pas jouer le jeu.
 
Ce besoin d’innovation témoigne enfin et surtout d’un besoin d’existence des consommateurs, des utilisateurs qui veulent des solutions adaptées à leur besoin d’individu unique, qui veulent se sentir écoutés, compris, considérés, et identifiés dans notre société.
 
 
Arnaud Groff, "100 questions sur manager l'innovation "(2009)
 

X
Renseignez votre nom d'utilisateur ou votre e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.
CAPTCHA
( Mesure anti-SPAM )
Image CAPTCHA
Saisir les caractères affichés dans l'image.
En cours de chargement